Vote préférentiel

Vote préférentiel

preferentiel

Aperçu : Avec le vote préférentiel (VP), chaque circonscription désigne un député. Les électeurs classent les candidats par ordre de préférence. Pour être élu, un candidat doit obtenir la majorité des suffrages exprimés dans la circonscription, au besoin en transférant les votes des candidats éliminés.

Quelle famille appartient-il? Non proportionnelle.

Où l’utilise-t-on actuellement? Il est utilisé pour les élections législatives nationales dans deux pays : Australie et Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Comment le système fonctionne-t-il pour les électeurs? Les électeurs classent les candidats de leur circonscription par ordre de préférence (c.-à-d. premier choix, deuxième choix et ainsi de suite). Les systèmes peuvent obliger l’électeur à classer certains ou la totalité des candidats, ou encore lui permettre de choisir uniquement son candidat préféré.

Comment les suffrages sont-ils comptés? Si un candidat obtient une majorité de suffrages comme premier choix dans une circonscription, il est déclaré gagnant. Si personne n’a la majorité, le candidat figurant au dernier rang est éliminé et ses suffrages sont attribués au choix suivant des électeurs. Le processus se poursuit jusqu’à ce qu’un candidat obtienne une majorité des suffrages.

À quoi ressemblent les circonscriptions? Les circonscriptions seraient comme maintenant, avec un député élu dans chacun des 338 districts électoraux du Canada.

Comment forme-t-on le Parlement et le gouvernement? Comment choisit-on le premier ministre? Si un parti remporte une majorité de sièges, il forme le gouvernement et le chef de ce parti devient premier ministre. Si aucun parti n’obtient la majorité, le premier ministre en poste au moment de la dissolution peut essayer de former un gouvernement minoritaire ou de coalition. S’il n’y parvient pas, le gouverneur général demande au chef du parti qui a le plus grand nombre de sièges à la Chambre des communes d’essayer de le faire. Avec le vote préférentiel, les partis peuvent obtenir une majorité de sièges au Parlement avec moins de 50 pour cent du vote populaire national, même si les députés doivent obtenir 50 pour cent des suffrages dans leur propre circonscription pour gagner. Cela tient à la nature même des élections au niveau des circonscriptions, qui veut que le gagnant obtienne tout. Le parti victorieux peut remporter un grand nombre de sièges par une faible majorité tout en étant défait par une grande majorité dans beaucoup d’autres circonscriptions.

On parle aussi de VP, vote supplémentaire, ballottage instantané, vote préférentiel et scrutin par classement.

Qu’est-ce que cela signifie...

  1. Pour campagnes électorales? Les campagnes sont réparties entre la course nationale, qui est axée sur les chefs de parti et les 338 courses locales dans les circonscriptions du pays. Les bureaux nationaux des partis contrôlent étroitement la stratégie électorale et les chefs de parti attirent énormément l’attention des médias, mais les candidats locaux peuvent quand même façonner leurs propres campagnes. Ils ont tout intérêt à faire du porte-à-porte pour connaître leurs électeurs et les médias locaux, surtout quand la course est serrée. De plus, les candidats indépendants qui ne sont pas affiliés à un parti peuvent organiser des campagnes dans des circonscriptions (même s’ils réussissent rarement). Le vote préférentiel favorise des stratégies de campagne inclusives, car les partis et les candidats gagnent à séduire un large éventail d’électeurs dont le premier choix va à d’autres candidats, de façon à obtenir le deuxième ou le troisième choix.
  2. Pour le choix électoral? Si les électeurs savent que leur premier choix risque d’être éliminé et que leur vote ira au choix suivant sur le bulletin, ils risquent de réfléchir mûrement à leurs deuxième et troisième choix.
  3. Pour la représentation locale? Le VP a des représentants locaux pour chaque circonscription. Le vainqueur de la circonscription est le porte-parole au Parlement de tous les électeurs de la circonscription, peu importe la façon dont ils ont voté. Au moins 50 pour cent des électeurs de chaque circonscription ont un représentant qui était leur premier, deuxième ou autre choix. Il peut être difficile pour les candidats des partis plus petits de recueillir un tel soutien. Les électeurs qui s’identifient à des partis plus petits peuvent donc avoir le sentiment de ne pas avoir un député qui représente vraiment leur point de vue.
  4. Pour les partis au Parlement? Le Parlement sera probablement dominé par un petit nombre de grands partis. Les partis régionaux populaires peuvent aussi remporter des sièges. Les partis plus petits dont le soutien est dispersé auront de la difficulté à remporter une circonscription spécifique leur permettant d’envoyer un député à Ottawa. Le VP permet à des partis similaires de coexister, ce qui peut donner des gouvernements de coalition formés par des partis aux idées semblables.

    Le poids considérable qu’a le chef de parti sur le succès électoral local contribue souvent à renforcer la discipline de parti parmi les députés du parti.

    Il faut, pour avoir plus de diversité au Parlement, que davantage de femmes, de minorités visibles et autres Canadiens issus de la diversité se portent candidats et soient désignés par le parti local—un processus qui est géré en interne par les partis politiques

  5. Pour le gouvernement? Il peut y avoir de nombreuses formes de gouvernement avec le VP. Une majorité unipartite ou une coalition de partis ayant des idées semblables peut former un gouvernement majoritaire. De tels gouvernements peuvent généralement promulguer des lois sans difficulté. Comme c’est le cas pour tous les systèmes, le premier ministre doit quand même conserver le soutien des députés de son propre parti pour les motions de confiance comme le budget ou le discours du Trône. Les partis d’opposition ont peu d’influence dans un gouvernement majoritaire. Quand aucun parti ni aucune coalition de partis ayant des idées semblables ne détiennent plus de la moitié des sièges, cela donne un gouvernement minoritaire. Les partis d’opposition ont alors plus d’influence sur le parti au pouvoir, car ils peuvent menacer de ne pas soutenir les motions de confiance comme le budget ou le discours du Trône.

À quoi ressemblerait le scrutin?

av_ballot


title_menu_f
intro_button
majoritaire_button
preferentiel_button_b
scrutin_button
mixte_button
transferable_button
glossaire_button
autres_button
a_propos_button