Jusqu'où peut-on aller

Jusqu'où peut-on aller?

Title - webpage FRANCAIS

Si vous avez été à la Chambre des communes ou avez suivi la période des questions à la télévision ou en ligne, vous n’y avez pas échappé. Il rebondit sur les murs. Il interrompt les discours importants et la rhétorique partisane. Il déstabilise la personne qui parle. Il oblige le Président de la Chambre à intervenir.

Voilà ce qu’est le chahut.

C’est aussi une façon inélégante et facile—et tout aussi e cace—d’invectiver un collègue. Il s’agit d’une tactique rarement utilisée au travail mais répandue en politique, que tous les partis pratiquent indistinctement et qui a cours dans de nombreux Parlements et législatures au Canada et ailleurs dans le monde. C’est un des cas les plus agrants et les plus évoqués d’incivisme et d’irrespect ayant cours à la Chambre. 

Lire le rapport ci-dessous.

Principaux Constats


Key Findings icon

Sur l’ensemble des députés interrogés, 69 % estiment que le chahut pose un problème à la Chambre des communes—ils sont pourtant 72 % à admettre qu’ils en font. 

Key Findings icon

Beaucoup de députés estiment que le chahut donne aux Canadiens le sentiment que la politique est sans importance et dysfonctionnelle. 

Key Findings Icon

Les députés chahutent pour : 1. corriger des omissions, réagir à ce qu’ils considèrent faux ou dénoncer la rhétorique partisane 2. faire rapporter leur opposition dans le hansard ou les médias 3. soutenir leur « équipe ».

Key Findings icon

Selon les députés, on chahute avant tout le sujet débattu, les positions idéologiques et les partis. Mais les députées ont aussi droit à des réflexions sur leur sexe, leur âge, leur langue, leur religion et même leur apparence. 

key_findings6

Le chahut peut nuire au travail de la Chambre : 20 % des répondants, en particulier les femmes, trouvent que cela affecte leur performance et diminue leur envie de participer. 


For more information on the data presented in the report, please see the "Cheering or Jeering" Appendix


Prochaines Étapes


La civilité à la Chambre est un problème auquel beaucoup ont essayé de s’attaquer.
Au fil des ans, il y a eu énormément de bonnes idées pour que la période des questions
permette aux députés de bien travailler et aux Canadiens d’assister à de véritables
débats politiques. Les suggestions qui suivent proviennent de nombreux universitaires,
journalistes et personnalités influentes de partout au pays. Certaines ont été mises à
l’essai, d’une façon sporadique, par des partis et des législatures. Prises isolément, ces
idées resteront probablement sans effet, mais il y en a plusieurs qui—combinées à la
volonté d’avoir un lieu de travail civilisé—pourraient faire du Parlement un endroit
dont les Canadiens peuvent être fiers.
 
heckling_French_final-11


Méthodologie