Personne

Personne n’écoute

noil_banner_698_FR

Des voix : Oh, oh!

C’est la façon aimable, neutre dont le Hansard, le recueil officiel des débats du Parlement, rend le chahut à la Chambre des communes depuis 150 ans. Mais «  Oh, oh » est bien en deçà de la réalité.

Au printemps 2017, Samara Canada a mené un sondage auprès des députés pour savoir quel est l’état du décorum à la Chambre selon ceux qui y siègent. L’étude révèle que l’incivilité demeure un problème. Elle montre aussi que les députés ont des sentiments à propos du chahut. Ils n’apprécient pas l’état des débats au Parlement, mais ils ne veulent pas non plus se débarrasser entièrement du chahut, car ils reconnaissent que cela aide à tenir chacun imputable. Ils continuent dont d’en faire, même s’ils savent que les citoyens n’apprécient pas.

Ce paradoxe suggère que le chahut est profondément ancré dans la culture du Parlement. Et si les députés en font encore malgré la pression grandissante pour y mettre fin, il y a quand même des limites à ce que le Président ou les chefs de partis peuvent faire pour juguler ce comportement.

Si les parlementaires ont vraiment l’intention d’avoir un débat plus civilisé, ils devraient essayer d’autres approches et outils pour introduire un changement de culture et favoriser un environnement plus sain et plus respectueux pour eux-mêmes et les futurs députés.

Lisez le rapport ci-dessous ou accédez au PDF.

 

Principaux constats

noil_key_findings_600_FR

Méthodologie

C’est la troisième fois que les députés canadiens sont interrogés sur la question du chahut. Les députés avaient le choix de répondre au questionnaire en ligne ou sur papier. Ils ont tout d’abord été invités à participer par courriel et ont reçu par la suite plusieurs rappels par courriel. Des courriels bilingues renfermant chacun un lien menant vers une version Survey Monkey et une copie PDF (toutes bilingues) du sondage ont été envoyés aux comptes publics des députés. Comme 84 députés sur 338 ont répondu, ce rapport devrait être considéré comme instructives plutôt que définitives.

Accéder à l’annexe pour les fréquences de base mentionnées dans ce rapport. Accéder le sondage envoyé aux députés.

Pour en savoir davantage sur la méthodologie, écrivez à Mike Morden, directeur de la recherche.