Qui est le Patron

Qui est le patron?

Qui est le patron?

qui est le patron?

C'est l'introduction du rapport. Cliquez ici pour télécharger le rapport complet.

 
Le Canada se trouve au palmarès des grandes démocraties mondiales. Cependant, de nouvelles études démontrent que seulement 55 % de la population canadienne est satisfaite du fonctionnement de leur démocratie. En fait, au cours de la dernière décennie, le taux de satisfaction des citoyens a chuté de 20 points. Les Canadiens sont particulièrement insatisfaits du rôle joué par les membres du Parlement, et l’une des sources principales de l’insatisfaction canadienne concerne les priorités que se sont données les députés : les Canadiens croient que leurs députés se soucient davantage de bien représenter leur parti que la population.

La Satisfaction Démocratique

Une nouvelle étude sur l’opinion publique, entreprise par l’organisme Samara, démontre que seuls 55 % des Canadiens se disent satisfaits du fonctionnement de la démocratie au Canada. L’étude note que cette tendance est généralisée à la grandeur du territoire canadien, sans considération pour le sexe ou la province de résidence des répondants (à l’exception des francophones du Québec dont le niveau de satisfaction se situe à un niveau bien inférieur à la moyenne). Bien que l’insatisfaction politique ne soit pas un fait nouveau, lors d’un sondage mené en 20041, on a posé cette même question aux Canadiens. Leurs réponses indiquaient que le taux de satisfaction des Canadiens envers la démocratie atteignait plus de 75 %.

Les Canadiens croient fermement que la démocratie est le moyen le plus efficace de protéger la liberté d’expression et l’égalité. Néanmoins, ceux-ci se disent insatisfaits de la façon dont leurs députés les représentent en politique. Plus particulièrement, les Canadiens nous ont indiqué que leurs représentants élus ne rendent que très peu de comptes quant à leurs actions politiques, et qu’ils ne portent guère attention aux préoccupations réelles des Canadiens.

Si, selon les Canadiens, leurs représentants élus ne sont pas à l’écoute de leurs besoins, quel est donc l’emploi du temps de nos représentants politiques?

les-canadiens-evaluent-leurs-deputes

Le Rôle des Députés

Lorsqu’on leur a demandé ce qu’ils pensaient de la performance des membres du Parlement, seuls 36 % des Canadiens se sont dits satisfaits de la manière dont les députés remplissent leurs fonctions de représentant. Samara a creusé sous la surface de cette insatisfaction en examinant quelles sont les perspectives des Canadiens quant aux rôles clefs que se doit de jouer un député. Nos recherches illustrent qu’il existe une divergence importante entre les rôles du député que les Canadiens considèrent comme les plus importants, et leur évaluation de la performance des députés en cette matière. (Voir le tableau ci-dessus.)

Lorsqu’on leur a demandé d’évaluer la performance des députés sur chacun de ces aspects, les Canadiens leur ont en majorité octroyé un échec avec une note de moins de 50%.

Bien que cette fiche de rapport plutôt pessimiste suggère que les députés doivent s’améliorer dans plusieurs domaines, l’un de ces résultats est tout particulièrement inquiétant. Il s’agit du fait que les Canadiens ont donné une note très élevée à l’énoncé portant sur la représentation des partis politiques, en octroyant une note de 15 points supérieure quant à la loyauté des députés à leur parti plutôt que leurs électeurs.

Autrement dit, les Canadiens croient que les députés effectuent un excellent travail dans le domaine que les Canadiens jugent comme ayant le moins d’importance à la vitalité de la démocratie, soit la représentation des valeurs de leurs partis politiques.

Dans le cadre du projet des entrevues sortantes avec les ex-parlementaires, Samara a rencontré 65 anciens membres du Parlement pour discuter de leur carrière politique. Au cours de ces discussions, plusieurs d’entre eux ont souligné qu’ils étaient venus à Ottawa avant tout dans l’optique de représenter leur circonscription. « Ma motivation a toujours été d’essayer de représenter adéquatement le peuple qui m’a élu », nous a dit l’un d’eux.

Plusieurs ont dit s’être lancé en politique pour devenir le messager des préoccupations de leurs électeurs. « Ma plateforme politique était informelle, mais tout de même très claire pour moi. Il s’agissait de rapporter ce que j’entendais continuellement sur le pas de ma porte : “Si vous êtes élu, nous voulons que vous apportiez notre message à Ottawa, et non pas l’inverse”, », a rapporté un ancien député.

Cependant, une fois sur la colline Parlementaire, plusieurs députés ont compris que leur travail était bien souvent circonscrit par un joueur inattendu : leur parti politique.

Le parti gagne… encore une fois

Lors des entrevues de Samara avec les députés sortants, les anciens parlementaires ont indiqué qu’ils consacraient trop de temps aux préférences de leur parti. « J’ai compris très tôt que… tu es là pour voter en faveur de la position de ton parti, plus ou moins, ou encore pour représenter les intérêts de ton parti au public », a observé l’un d’entre eux.

D’autres se sont dits très irrités lorsque la discipline de parti les obligeait à voter à l’encontre des opinions de leurs électeurs. Un ancien parlementaire nous a dit que : « … le parti n’est pas toujours le bon pour ma circonscription. À plusieurs reprises, le parti était en fait un terrible choix pour ma circonscription.»

L’étude de sondage de Samara confirme en effet que les députés ne sont pas les seuls à reconnaître la primauté des partis politiques en matière de représentation politique. Les Canadiens eux aussi ont cette impression, et pensent que le travail que le député a à faire pour bien représenter ses électeurs souffre en faveur de la représentation des partis politiques.

Bien entendu, le rôle du député est en partie d’être en mesure d’expliquer les positions de son parti politique. Mais jusqu’à quel point la représentation des intérêts du parti politique doit-elle être effectuée au détriment de la représentation des électeurs auprès du parti politique et du Parlement? Que doit-on conclure quant au rôle des partis politiques au Canada lorsque les députés tout autant que les citoyens ont des perspectives différentes quant aux habiletés du député à bien représenter ses électeurs?

Ces dirigeants vers lesquels on se tourne

Malgré l’insatisfaction quant à la performance des députés, notre étude suggère que les Canadiens reconnaissent l’importance des députés à la vie politique, et qu’ils les considèrent comme des éléments clefs de la scène politique puisqu’ils sont aptes à cerner les enjeux de nature publique. À titre d’exemple, lorsqu’on leur a demandé vers qui ils se tournent lorsque vient le moment d’aborder un enjeu public qui les préoccupe, la réponse que les Canadiens nous ont donnée en grande majorité était qu’ils se tournaient d’abord vers les membres du Parlement, ensuite vers les représentants élus à d’autres échelles gouvernementales. En fait, les gouvernants politiques possèdent une longueur d’avance marquée sur tous les autres groupes, incluant les entreprises, les groupes d’intérêts, les médias, les militants, les organisations à but non lucratif et les organismes internationaux, ou les dirigeants religieux.

Un pas vers l’avant

Les partis politiques jouent un rôle crucial à l’exercice de la démocratie au Canada. Ils sont responsables de s’assurer que les citoyens sont bien informés et qu’ils participent à la vie politique, en sélectionnant les candidats qui se présentent aux élections, en regroupant un éventail de perspectives sur les politiques, et en disputant les élections. Ce sont également les partis politiques qui dominent la compréhension politique du public, dans la mesure où la plupart des gens votent pour un parti politique et rarement pour des candidats indépendants.

Étant donné ce champ de responsabilités clefs, il est malheureux de constater que les partis sont trop souvent décrits par la population comme ayant des objectifs différents de ceux de leur électorat, plutôt que de jouer le rôle de pont entre les citoyens et le gouvernement.

Il est clair que des démarches doivent être prises pour s’assurer que les partis politiques – et les députés qui les représentent – reflètent adéquatement les citoyens et leurs préoccupations. Les anciens parlementaires nous ont dit qu’il existait divers projets en place visant à améliorer le travail des députés, notamment en améliorant la représentation locale au sein des caucus, des comités, et même, parfois, à la Chambre des communes même. Toutefois, cette étude suggère également que ces efforts demeurent malheureusement peu visibles au public, ou encore ceux-ci sont assombris par la plateforme du parti politique.

Avec le citoyen au centre de cette équation, le système politique pourrait être à la fois plus représentatif et responsable. Ceci contribuerait sans aucun doute à accroître le taux de satisfaction des citoyens vis-à-vis l’état de la démocratie canadienne.

À venir:

L’étude sur l’opinion publique de Samara a aussi illustré que près des deux tiers des Canadiens croient que leurs intérêts ne sont pas représentés à Ottawa.

Ont-ils raison? Le prochain rapport de Samara se penchera sur cette question en examinant les enjeux dont les députés traitent à la Chambre des communes. Nous comparerons cette liste d’enjeux avec les préoccupations réelles des Canadiens. Ce prochain rapport sera publié au début de l’an 2013.


1. L’étude canadienne sur le soutien politique de 2004 a été menée par Harold D. Clarke, Jason Feifler, Allan Kornberg et Thomas J. Scotto. Le travail de terrain a été effectué par Polimetrix.